Immobilier : France, 7e pays de l’OCDE où les prix ont augmenté

Pour toute personne intéressée par l’immobilier, il est important de savoir quels sont les pays qui ont connu les plus fortes hausses de prix. Selon une étude récente de l’OCDE, la France se classe au 7e rang des pays où les prix ont le plus augmenté. Découvrez également pourquoi et comment investir dans l’immobilier belge ?

Immo en France

En matière d’immobilier, la France se classe au 7e rang des pays de l’OCDE où les prix ont le plus augmenté. C’est ce qui ressort d’une étude récente réalisée par l’Organisation de coopération et de développement économiques. L’étude a examiné différents facteurs tels que la hausse des prix au cours de l’année écoulée, l’accessibilité au logement, le taux d’accession à la propriété et le niveau d’endettement des ménages.

Le marché immobilier évolue

Ces dernières années, le marché de l’immobilier a subi une profonde transformation. La crise a modifié le paysage du marché, tant au niveau des prix que du type de biens recherchés.

Si, par le passé, les investisseurs s’intéressaient surtout aux propriétés de luxe, ils recherchent aujourd’hui de plus en plus des logements plus modestes offrant un bon rapport qualité-prix. Ce changement se reflète également dans la manière dont les classements sont établis.

L’étude de l’OCDE tient compte d’un certain nombre de facteurs différents. Pour établir son classement, l’OCDE prend en compte différents facteurs, dont les suivants :

  • Les hausses de prix enregistrées au cours de l’année dernière ;
  • Le caractère abordable du logement ;
  • Le taux d’accession à la propriété ;
  • Le taux d’accession à la propriété chez les jeunes ;
  • Le niveau d’endettement des ménages.
Lire également  Tout savoir sur la défiscalisation

Un engouement pour l’ancien

Dans son dernier classement, l’OCDE examine l’évolution du marché immobilier. L’une des tendances les plus notables est que les investisseurs s’intéressent de plus en plus aux logements anciens.

Cette tendance est visible dans le monde entier, mais elle est particulièrement prononcée en France. Selon l’étude, près de 60 % des logements achetés par les investisseurs en France ont plus de 20 ans.

Les investisseurs sont attirés par ces propriétés, car elles offrent un bon rapport qualité-prix. Elles peuvent être achetées à un prix relativement bas et ne nécessitent souvent que peu ou pas de travaux de rénovation.

Un impact inégal sur les prix

Si les hausses de prix ont été relativement uniformes dans les pays de l’OCDE, leur impact a été inégal. Dans certains pays, comme la Turquie et le Royaume-Uni, les prix ont fortement augmenté, tandis que dans d’autres, comme le Portugal et la Slovénie, ils n’ont augmenté que modérément.

Par conséquent, les classements donnent une image plus nuancée du marché immobilier que le simple examen de la hausse des prix.

Des taux qui continuent leur baisse

classement de l’immobilier des pays de l’OCDE : Des taux qui continuent leur baisse

Alors que les prix ont augmenté dans la plupart des pays de l’OCDE, les taux hypothécaires ont baissé. C’est une bonne nouvelle pour les acheteurs, car il est plus facile de financer un achat.

Toutefois, la baisse des taux n’a pas suffi à compenser la hausse des prix, et l’accessibilité financière s’est détériorée dans de nombreux pays.

Lire également  Les meilleurs conseils pour investir à Rennes !

En France, par exemple, le prix moyen d’un logement a augmenté de plus de 20 % depuis 2013, alors que les taux hypothécaires n’ont baissé que de 2 points de pourcentage. Par conséquent, le logement devient moins abordable pour de nombreuses personnes.

La situation est similaire dans d’autres pays. Il est donc difficile pour de nombreuses personnes d’acheter un logement, surtout dans les grandes villes où les prix sont les plus élevés.

Le classement immobilier des pays de l’OCDE montre que les prix ont augmenté dans la plupart des pays, la France se classant au 7e rang. Cette hausse des prix a rendu difficile l’achat d’un logement pour de nombreuses personnes, notamment dans les grandes villes où les prix sont les plus élevés. Toutefois, la baisse des taux hypothécaires a quelque peu compensé cette tendance et a permis aux acheteurs de financer plus facilement leur achat.

Laisser un commentaire